Cystite interstitielle et Syndrome de vessie douloureuse

La cystite interstitielle (CI), désormais appelée Syndrome de la vessie douloureuse, est une maladie inflammatoire de la vessie qui se caractérise par des envies anormales d’uriner (envies pressantes et/ou fréquentes) et par des douleurs importantes dans le bas ventre et la vessie, au niveau de l’urètre (canal transportant l’urine de la vessie vers l’extérieur) ou au niveau du vagin chez les femmes, parfois accompagnées d’une difficulté à uriner.

La sévérité des symptômes est variable d’une personne à l’autre.

Alors que la cystite « classique » est une inflammation de la vessie causée par des bactéries, qui peut être traitée par des antibiotiques, la cystite interstitielle n’est pas une infection urinaire bactérienne.

Les symptômes ressemblent de prime abord à ceux d’une cystite bactérienne, mais les analyses d’urine sont stériles.

C’est une affection chronique, c’est-à-dire qu’elle dure dans le temps.

Les causes ne sont pas encore élucidées mais un consensus semble se dégager pour constater que la détérioration des couches superficielles de la paroi vésicale la rendant perméable aux substances toxiques contenues dans les urines. Ceci entrainerait une cascade inflammatoire à l’origine des douleurs intenses et de l’envie fréquente d’uriner.

90% des patients souffrant de cystite interstitielle sont des femmes.

Comment en fait-on le diagnostic et quels sont les examens réalisés ?

Le diagnostic se fait sur un faisceau d’arguments cliniques (sexe, âge, symptômes) et par la réalisation d’examens complémentaires (ECBU, cystoscopie, échographie, bilan urodynamique et éventuellement cytologie urinaire). Ils permettent de préciser le diagnostic et d’éliminer d’autres pathologies pouvant provoquer les mêmes symptômes.

Un examen sous anesthésie générale peut être réalisé afin de faire des biopsies de vessie et une hydrodistension.

Celle ci consiste à remplir la vessie au delà de ses capacités habituelles pour voir les réactions de la paroi vésicale (petites hémorragies pétéchiales caractéristiques) et éventuellement améliorer les symptômes. Dans ce cas, ce geste peut éventuellement être répété lors de la ré-aggravation des symptômes.

Quels sont les traitements disponibles ?

Malheureusement, la prise en charge du syndrome de vessie douloureuse est longue et difficile.

Il existe néanmoins différentes possibilités pour soulager les symptômes, toutes n’ayant pas la même efficacité selon les personnes :

  • règles hygiéno-diététiques et rééducation.
  • Hydrodistension sous anesthésie.
  • Traitements oraux : hydroxyzine, cimétidine.
  • Instillations vésicales : héparine, lidocaïne, URACYST® (sulfate de chondroïtine)
  • soutien psychologique

https://www.orpha.net/data/patho/Pub/fr/CystiteInterstitielle-FRfrPub10441.pdf

http://asso-afci.org/